Retour à l'histoire de la naissance d'une profession

   

Après la gloire... la ruine.


Chargement en cours du son


 

 
 

VIDOCQ terminera sa vie dans le plus total dénuement au point qu'il sera contraint de solliciter une aide pour survivre :

 

Lettre de VIDOCQ du 19 septembre 1852

 

Il y a quelques jours, j’ai fait remettre à Monsieur le Préfet de la Seine, en main propre, une demande afin d’obtenir une modique pension pour me faire exister pendant le peu de temps qui me reste à vivre.

 

J’ai 80 ans, le sacrifice ne sera pas très long.

 

J’ai tout perdu, si on m’abandonne  je n’ai de refuge que dans le dépôt de mendicité ou le suicide.

 

J’ai été informé que ma demande a été renvoyée à Monsieur le Préfet de Police pour avoir son avis, mon sort est dans ses mains.

 

Soyez assez bon pour le voir et obtenir que cet avis soit favorable, j’ose compter  sur votre obligeance pour faire cette démarche.

 

Permettez moi de vous faire observer qu’obliger vite c’est obliger deux fois.

 

Vous me connaissiez et vous savez si je suis digne qu’on s’intéresse à moi.

 

J'aurai l'honneur d'aller vous voir lundi.

 

Votre dévoué serviteur : Vidocq

19 septembre 1852.

 

            

 

 
   
   
   
 

 

 


Merci à DR pour nous avoir transmis le document - Merci à Daniel Girard, comédien, pour l'enregistrement sonore du document

 

Retour à l'histoire de la naissance d'une profession