www.formation.enqueteurs.info

   

Naissance insolite d'une profession


 


 

 

C'est au 12ème siècle que le terme "enquesteur", Commissaire du Roi chargé de surveiller l'administration des Baillis et des Sénéchaux, apparaît.

Mais c'est au 19ème que naîtra la première des agences de recherches privées, ayant une ampleur multidisciplinaire, telles qu'elles subsistent encore aujourd'hui.

Ancien bagnard, devenu chef d'une brigade de Sûreté, François Eugène VIDOCQ (né à Arras le 24 juillet 1775, décédé le 11 mai 1857) démissionne de l'administration et se reconvertit imprimeur, activité dans laquelle il inventera, d'ailleurs, un papier infalsifiable.

C'est en 1833 qu'il ouvre le "Bureau des Renseignements Universels pour le Commerce et l'industrie" au 12 rue Cloche Perce à PARIS.

Portrait de VIDOCQ publié dans ses mémoires

En créant ce "bureau de renseignements", VIDOCQ avait pour objectif de protéger les commerçants victimes des "faiseurs" (qui seraient aujourd'hui qualifiés d'escrocs), personnages peu scrupuleux qui achetaient des marchandises à crédit sans jamais les payer et qui les mettaient en vente à moitié prix sur les marchés d'où un second préjudice pour le commerçant qui voyait, au surplus, dévalorisé le stock de son magasin !

Portrait de François, Eugène Vidocq

VIDOCQ, précurseur dans tous les domaines, avait même doté ses collaborateurs d'une "commission d'emploi", ancêtre des cartes professionnelles actuellement utilisées par les enquêteurs privés.

 

Lettre de VIDOCQ (28/08/1841)

Le "Bureau des Renseignements Universels" se préoccupera, tout autant, des affaires sentimentales de ses clients comme, par exemple, la filature de Marie d'ORVAL, maîtresse d'Alfred DE VIGNY, dont le poète était amoureux.

C'est en 1830 qu'Alfred DE VIGNY rencontre la comédienne avec laquelle il eut une des relations les plus passionnées de l'époque romantique et pour laquelle il écrivit "Quitte pour la Peur".

L'agence de VIDOCQ interviendra également dans les enquêtes financières en recherchant les débiteurs et en cernant leur solvabilité. Ainsi dans une lettre datée du 28 août 1841, l'ancêtre des "privés" réclamait à son client, le signalement d'un débiteur pour le comparer à celui d'un homonyme qu'il avait pu localiser.

Lettre de Vidocq © ACID - reproduction interdite sans autorisation. Cliquez sur l'image pour l'agrandir et pour écouter sa lecture par un comédien.

VIDOCQ s'éteindra à Paris dans le plus total dénuement et l'emplacement de sa sépulture reste un mystère : sans doute a-t-il été inhumé dans une fosse commune (la tombe de VIDOCQ au cimetière de Saint Mandé serait, en fait, celle de son épouse et non la sienne).

 

La renommée du Bureau des Renseignements Universels pour le Commerce et l'Industrie franchira l'Atlantique et, en 1850, Allan PINKERTON, ancien tonnelier et révolutionnaire écossais ouvre à Chicago, la "Pinkerton's National Detective Agency".

Il assurera la protection du Président des États Unis et, en 1861, fera échouer, à Baltimore, un complot contre Abraham Lincoln.

**

Ainsi naquit la profession, dont la France est le berceau... on raconte, d'ailleurs, qu'un jeune journaliste du nom de Conan Doyle, assistant à une conférence de presse de Vidocq - réfugié à Londres - se serait inspiré de notre aventurier pour créer le personnage de "Sherlock Holmes".

Plus d'infos sur la profession en consultant le site du Centre d'information et de documentation sur les détectives et enquêteurs privés.

 

 


cliquez ici pour revenir au sommaire général sur les formations

 

Sommaire | L'Université Paris 2 | formation obligatoire | Directeur | Collaborateur | VAE  | Liens  | Contact par Mail